Sélectionner une page

Les fonds de commerce constituent aujourd’hui plus de 50 % des cessions d’entreprises. Symbole de départ à la retraite pour certains, de nouveaux horizons professionnels pour d’autres, la cession d’un fonds de commerce est soumise à des réglementations spécifiques. Daici vous livre 5 conseils pour bien vendre votre fonds de commerce.

La patience est votre alliée

La cession d’un fonds de commerce constitue une étape importante, voire marquante, de la vie d’un professionnel. Après tant d’années de labeur, il n’est en effet pas toujours évident de se séparer des fruits de son travail. Il n’est pourtant pas rare de rencontrer des cédants n’ayant pas pris la juste mesure de l’opération. La vente d’un fonds de commerce ne s’improvise pas. Prendre le temps de réflexion nécessaire à l’évaluation des forces et des faiblesses de l’entreprise constitue donc une étape fondamentale. Elle permettra au vendeur de présenter le temps venu sa société sous les meilleurs auspices et d’anticiper au mieux les attentes de l’acquéreur. Comptez au minimum plusieurs mois de réflexion avant de vous lancer dans votre démarche de cession.

 

Réaliser un audit complet de votre fonds de commerce

Qu’elles soient trop élevées ou trop faibles, les prétentions financières des cédants ne correspondent que rarement à la réalité du marché. Afin d’estimer au mieux la valeur de votre société, il conviendra d’en effectuer un diagnostic complet. Étude du marché et de la concurrence, clientèle type, état des locaux et des stocks, ressources humaines, santé comptable, perspectives, etc. Chaque élément de votre entreprise devra faire l’objet d’une analyse précise. Elle vous permettra le cas échéant de mener à bien les actions nécessaires à la consolidation du bilan et de céder votre fonds de commerce au prix le plus avantageux. Pour une estimation des plus justes, faire appel à un spécialiste de l’audit pourra s’avérer une aide précieuse.

 

Trouvez le bon acquéreur

Après avoir défini au plus juste le prix de cession de votre fonds de commerce, viendra le temps de trouver l’acquéreur le plus apte à reprendre votre entreprise. Pour cela, deux possibilités s’offrent à vous. Vous pourrez ainsi :

  • Gérer seul le processus de vente
  • Confier la cession de votre fonds de commerce à une entreprise spécialisée, comme Daici. Elle se chargera de trouver les acquéreurs les plus solides et vous accompagnera tout au long du processus de vente.

 

Les obligations du vendeur

Le vendeur doit respecter à la lettre certaines obligations d’information et de transparence vis-à-vis de l’acquéreur. En cas de non-respect de ces obligations, l’acheteur pourra demander l’annulation de l’achat pendant un délai d’un an à compter de la date de signature de la cession du fonds de commerce. Le cédant s’engage en outre contre tout vice caché et menace d’éviction. Il doit enfin mettre à disposition de l’acquéreur l’intégralité des livres comptables des trois derniers exercices.

 

Que faire figurer dans la cession de son fonds de commerce ?

La cession d’un fonds de commerce est un acte régi par la législation française. La présence d’un notaire garantira ainsi la validité et le caractère non opposable de la vente. Pour qu’elle s’effectue dans les règles, la cession doit faire figurer un certain nombre de mentions obligatoires définies par le Code du Commerce :

  • Le prix de cession du fonds ;
  • Sa provenance : nom de l’ancien propriétaire du fonds, date et prix d’achat, nature de l’acte ;
  • L’état des privilèges et des nantissements, un document officiel délivré sur demande par le greffier du Tribunal de commerce local ;
  • Le chiffre d’affaires et les résultats d’exploitation réalisés au cours des 3 derniers exercices.
  • Le bail commercial, sa date, sa durée, le nom et l’adresse du bailleur (et du cédant, le cas échéant).

Pour le vendeur, Daici rappelle que la cession engendre une imposition au titre des plus-values.